Soigner son jardin potager: les macérations

Produits à base de pyrétrines, de deltaméthrine ou autres pyrethrinoïdes toxiques …Faut-il absolument empoisonner votre jardin potager pour lutter efficacement contre les pucerons, les chenilles ou autres limaces ? Bien sûr que non. De nombreuses astuces existent pour protéger vos plantations et cultures. L’une d’elle est la macération de certains végétaux. Vous pouvez préparer vous-même des insecticides ou fongicides de manière naturelle. Ainsi, vous connaissez la composition du traitement que vous administrez à vos cultures.

Toutefois prudence ! Produit naturel ne veut pas dire sans danger.

De nombreuses macérations utilisent des plantes que vous pouvez trouver dans la nature : ortie, consoude, fougère, lavande… Eviter cependant de les récolter près de champs ayant subi des traitements chimiques. L’idéal est de les cultiver vous-même.

Ces macérations, utilisées parfois en traitement curatif, sont le plus souvent employées de manière préventive et répulsive afin d’éviter de tuer les insectes et de préserver la biodiversité.

Il s’agit d’appliquer ces macérations de façon modérée et de respecter les délais pour les récoltes

Qu’est-ce qu’une macération ou un purin?

C’est le trempage de feuille dans de l’eau de pluie (de préférence) pendant quelques jours. Le produit ainsi obtenu est  très actif. Il faut donc le diluer le plus souvent dans une certaine quantité d’eau.

La macération se conserve quelques semaines mais pas plus car elle s’altère.

La macération d’ortie

macération

Très bon activateur de croissance ou de compost, il renforce également la résistance des plantes. Le purin d’ortie prévient également certaines maladies notamment cryptogamiques (champignons, algues, lichens) comme le mildiou.

Cette macération naturelle peut être utilisée comme insecticide naturel contre les pucerons, en pulvérisation fine sur les feuilles.

Préparation en qu’insecticide ou fongicide:

· 1 kg d’orties fraîches pour 10 litres d’eau pendant 3 jours

· Filtrer

· Diluer 1 litre de macération pour 10 litres d’eau

Préparation en tant qu’activateur de croissance

· 1 kg d’orties fraîches pour 10 litres d’eau pendant 3 jours

· Filtrer

· Diluer 2 litres de macération pour 10 litres  d’eau

Attention, conservez votre macération dans un contenant fermé, dans un lieu éloigné de la maison. L’odeur qui se dégage de ce purin est forte et désagréable.

La macération de consoude

La consoude est riche en potassium et favorise la floraison et la fructification.

La macération de consoude se prépare comme le purin d’ortie et a les mêmes fonctions. Vous pouvez utiliser la macération d’ortie et la macération de consoude en alternance.

La macération de fougère

Cette macération permet de lutter efficacement contre les pucerons et les limaces. Elle se prépare et s’applique de la même manière que le purin d’ortie avec des feuilles de fougère mâle.

La fougère mâle est une fougère vivace, robuste, qui aime l’ombre, des bois humides de la plaine à la montagne.

La macération de lavande

macération de lavande

Elle est efficace contre les pucerons. Elle se prépare et s’utilise comme le purin d’ortie.

La macération de tomate

Elle permet de lutter efficacement contre les pucerons, la teigne du poireau, l’altise, la piéride du chou.

Préparation

· 1 kg de feuilles et tiges fraîches pour 10 litres d’eau pendant 3 jours

· Filtrer

Pulvériser, sans dilution de la préparation, vos plantations deux fois par jour pendant la période de vol de la piéride.

La macération d’ail et d’oignon

Elle sert à prévenir les maladies cryptogamiques, notamment le mildiou de la pomme de terre.

Préparation :

· 500g à 1 kg de bulbes, pelures et tiges vertes dans 10 litres d’eau pendant quelques jours

· Filtrer

· Diluer 1 litre de macération pour 10 litres d’eau

L’ail est un antifongique redoutable et peut aussi se préparer en macération dans de l’huile.

Préparation :

· 100g d’ail écrasé dans 4 cuillères à soupe d’huile d’olive pendant une nuit

· Filtrer

· Diluer la préparation dans 1 litre d’eau

· Laisser reposer une semaine

· Diluer à 5% et utiliser en pulvérisations sur les plantes atteintes par des champignons.

La macération de noyer

Elle est efficace contre les pucerons et les chenilles.

Préparation :

· 2 kg de feuilles de noyer fraîches dans 10 litres d’eau pendant quelques jours

· Filtrer

La macération de prêle

Cette macération s’utilise en prévention des maladies cryptogamiques au printemps. Elle lutte contre le mildiou, l’oïdium, la rouille et les tâches noires du rosier. Elle a aussi une action reminéralisante.

Préparation :

· 1 kg de tiges fraîches dans 10 litres d’eau pendant deux jours, au soleil.

· Filtrer

· Diluer à 20 % pour l’utiliser en tant que fongicide

· Diluer à 5 pour l’utiliser en tant que répulsif (araignée rouge, ver du poireau)

Attention, il faut conserver cette macération dans un récipient en bois car elle s’oxyderait au contact du métal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils