L’agriculture participative, ça vous tente ?

Vous connaissez certainement l’économie sociale et solidaire, dont l’objectif est de consacrer l’activité économique à des causes sociales ou environnementales plutôt qu’aux profits purement financiers. Ce nouveau regard sur les activités économiques voit fleurir un nombre grandissant d’initiatives, dont nous nous ferons largement l’écho sur switchinfo.fr. Celle que nous voulons vous présenter aujourd’hui a trait à l’agriculture.

Des vignerons engagés dans une démarche collective et respectueuse de la biodiversité.

Une ferme de 12 hectares à Lapouyade, en Gironde. Delphine et Benoît Vinet tentent d’y implanter un « coworking paysan », en faisant appel à des participants dans toute la France, qu’ils souhaitent s’y investir en y travaillant ou non. Les investisseurs auront un retour non pécuniaire, mais en bons d’achat à utiliser sur place. Partage des espaces, du matériel, des connaissances, mais aussi et surtout une volonté de faire de ce lieu un havre de biodiversité, à l’image du domaine Emile-Grelier, que le couple Vinet a déjà transformé en « terre d’asile » pour les chauve-souris, les hérissons, des grenouilles, salamandres, coléoptères, chouettes, oiseaux, etc. Le principe appliqué aux cultures (vignes essentiellement) est à la fois simple et compliqué : mélanges des espèces (500 arbres, dont des fruitiers, ont été plantés dans les rangs de vigne), aucun pesticide ni insecticide, herbes sauvages laissées croitre librement : la permaculture bat ici son plein, pour le plus grand bonheur des multiples espèces animales qui s’y développent. Delphine Vinet avoue que « faire les choses naturellement, finalement c’est très pointu », mais le jeu en vaut la chandelle.

 » Depuis 5 ans, j’accompagne le Domaine Emile Grelier dans sa volonté de concilier viticulture et biodiversité. Le bilan des actions menées en faveur de la biodiversité sur le domaine est fortement positif pour la faune et la flore et devrait être un modèle pour nombre de structures viticoles et agricoles  » affirme Yannig Bernard, Président de l’association Argiope et Vice-Président du Groupe Chiroptères d’Aquitaine.

Le couple Vinet entend donc étendre cette initiative positive à un autre domaine, celui du château de la Bardonne.

L’agriculture collaborative, c’est possible !

Avec la Possiblerie (lapossiblerie.fr), l’idée est de fédérer des personnes autour d’un projet global, sur ce domaine agricole de Lapouyade, qui comprend 6,5 hectares de vignes et 4 hectares de terres, en plus de la grande maison. Le projet comporte plusieurs axes :  » Des ateliers, des visites, des balades seront proposés pour faire connaître la vigne, ses produits, ses richesses, et éduquer à la biodiversité … Ces activités existent déjà sur le Domaine Emile Grelier et seront étendues. Différents formats permettront de sensibiliser les familles et les scolaires mais aussi les professionnels de la vigne et de l’environnement. ». Par ailleurs,  » Des activités saisonnières participatives verront le jour comme les vendanges familiales, les ateliers pour fabriquer son jus de raisin ou embouteiller son vin. La diversité des activités présentes sur le site verra la vigne s’ouvrir à son territoire, et lui redonner sa place au coeur de la vie du village. ». Et, bien entendu, tout le travail d’agriculture sera fait dans le respect du vivant.

Mais ce qui fait la spécificité de cet écolieu, c’est sa dimension participative. L’idée est que plusieurs paysans et autres travailleurs y travaillent ensemble mais pour leur propre compte (comme dans les espaces urbains de coworking), partagent leurs équipements, et que les décisions concernant le domaine soient prises collectivement par tous les sociétaires.

Pour que le projet puisse voir le jour dans sa version idéale, il faut réunir la somme de 750.000 euros. Pour pouvoir devenir acquéreur d’une part du domaine, il faut verser au minimum 2000 euros. 106 personnes d’horizons divers ont déjà franchi le cap et sont devenus sociétaires, s’inscrivant ainsi dans une démarche active de préservation de l’environnement et promouvant une autre forme de paysannerie.

Delphine Vinet en parle ici :

Pour plus d’infos : lapossiblerie.fr

Cécile Duclem

Journaliste indépendante, je cherche à montrer qu'un autre monde est possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils