La sobriété heureuse au quotidien : changer nos comportements n’est pas si difficile.

Changer nos comportements pour agir en cohérence avec nos convictions semble parfois très difficile, surtout en milieu urbain. Pourtant, ces trois personnes montrent, avec des exemples très concrets, que ce n’est pas si compliqué.

Renaud Anzieu est un colibri convaincu, c’est à dire qu’il pratique « la sobriété heureuse » vantée par Pierre Rabhi, qui a fondé le mouvement des Colibris. En décidant de modifier sa vie pour « faire sa part », il a découvert que c’était beaucoup plus simple qu’il ne l’avait imaginé. Il a changé de banque, de fournisseur d’électricité, s’est mis à utiliser une monnaie locale, se déplace à vélo et en transports en commun, et ne peut plus manger de viande mais cultive son potager. Loin d’être un renoncement, ce nouveau mode de vie le rend pleinement heureux car il est en accord avec son éthique personnelle. Changer nos comportements ne semble plus si inatteignable quand on l’écoute.

Le témoignage de ces deux jeunes femmes (voir plus bas) qui luttent contre la surconsommation va dans le même sens. Elles expliquent que, bien qu’elles soient « accro au vernis à ongles et aux M&M’s », elles n’ont pas eu de difficulté à changer leurs habitudes pour cesser de surconsommer, et donc de polluer.

Ne pas se laisser influencer par les réticences de l’entourage, ne pas vouloir tout changer d’un coup, budgétiser pour n’acheter que le strict nécessaire, ne pas se sentir coupable quand on « craque », tels sont quelques-uns des conseils donnés par Marie Lefèvre & Herveline Verbeken, co-auteures du livre « J’arrête de surconsommer« , préfacé par Cyril Dion.

Comme souvent, c’est la peur du changement qui nous retient, et non la difficulté réelle de ces changements. On n’est pas obligé de devenir végétarien du jour au lendemain, ni d’installer des toilettes sèches pour commencer à contribuer à la préservation du vivant sur notre planète. Chaque geste compte, aussi petit soit-il.

Cécile Duclem

Journaliste indépendante, je cherche à montrer qu'un autre monde est possible.

Une pensée sur “La sobriété heureuse au quotidien : changer nos comportements n’est pas si difficile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils